sexe besançon
Publié le - 771 visites -

Coincés par la neige en retour de Pontarlier

J’acceptais de me coucher dans la chambre d’ami pour faire bonne figure. Les parents de François acceptaient de m’héberger chez eux pendant une nuit. En effet pour cause de précipitation diluvienne, je ne pus rejoindre mon domicile.

Des étudiants s’envoient en l’air pendant toute une journée

Je me sentais seule dans ce gros lit de trois places dans lequel je me masturbais. Mon con gonflé avait terriblement besoin d’une pine raide et dure. Je décidai de rejoindre François dans sa chambre.

Une fois à l’intérieur, je me couchai à ses côtés. Il ne dormait pas lui aussi et il se mit à caresser ma fente trempée. Je me levai et j’avalai goulument sa trique en érection. Je réalisais une gorge profonde et je le suçais bien qu’il me fit signe de me retirer.

Il se vida en moi pendant que j’avalais avec appétit son foutre. Nous étions lundi et l’horloge affichait 7 heures lorsque son père nous informa que les routes étaient fermées à cause de la neige.

Un puceau talentueux

Je poussai un ouf de soulagement. J’allais en profiter pour me faire déchirer les orifices par ce taureau. Nous continuâmes nos ébats sexuels. Il plongea la tête dans mon entre jambe et posa ses lèvres sur mon pubis épilé.

François les écarta de son index et de son majeur puis introduisit sa langue de reptile dans les profondeurs de mes entrailles. Il la glissa habilement dans les différents angles. Mon bassin fut rempli de soubresauts sous ce cunnilingus de qualité.

Je gémissais comme une chiennasse, je serrais mes cuisses et je maintenais sa tête entre mes cuisses pour qu’il continue de me lécher et de me procurer un plaisir inouï.

Ensuite, il s’agenouilla entre mes cuisses écartées au maximum. Il prit appui sur ses genoux et ses coudes avant de glisser son glande brulant dans ma raie puis de l’introduire dans mon con bandé.

Il me baisa dans un concert de grognements, de gémissements et de couinements puis finit par déverser sa sauce de sperme sur mon visage.

Après, je pris un bain et lorsque les voies furent complètement dégagées je retournai chez moi. Ma mère se plaignait de ce climat de merde et protestait de retourner à Paris pendant que mon père tentait vainement de la calmer.

Les publications similaires de "Libertinage"

  1. 13 Juil. 2016Lieux de drague et de baise en publique à Besançon967 visites
  2. 20 Déc. 2015Une partouze organisée près de la gare Viotte à Besançon1141 visites
  3. 17 Nov. 2015Des libertines dispo pour un coup de fil à Besancon623 visites
  4. 20 Août 2015Libertine de Besancon cherche un mec pour baiser871 visites
  5. 16 Janv. 2015Libertine et accro au porno1212 visites